Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/261

Cette page a été validée par deux contributeurs.


inévitables qui les suivent doivent fatalement noua perdre. Nous ne pouvons point ne pas voir que tous les moyens proposés pour se débarrasser de ces maux inventés par les hommes sont et doivent être inefficaces, et que la misère des peuples qui s’arment les uns contre les autres ne peut pas ne pas croître. C’est pourquoi les paroles du Christ, plus que jamais, se rapportent à nous et à notre temps.

Christ a dit : « Amendez-vous », c’est-à-dire que chacun s’arrête dans son activité commencée et se demande : Qui suis-je ? D’où viens-je, quelle est ma destination ? Et, après avoir répondu à ces questions, suivant la réponse, que chacun décide si ses actes sont d’accord avec sa destination. Il faut seulement que chaque homme de notre monde et de notre temps — c’est-à-dire l(homme qui connaît l’essence de la doctrine chrétienne — s’arrête pour un moment dans son activité, oublie ce que les autres le croient être : empereur, soldat, ministre et journaliste, et se demande sérieusement ce qu’il est, en quoi est sa destination, et il mettra en doute l’utilité, la légalité et la raison de son activité. Chaque