Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/227

Cette page a été validée par deux contributeurs.


celui même qui convia tous les peuples à la paix, déclare publiquement que, malgré tous ses soins (soins qui s’expriment par l’accaparement de terres étrangères et l’augmentation des troupes pour la défense des terres accaparées), vu l’attaque des Japonais, il ordonne de faire aux Japonais ce que les Japonais ont commencé de faire aux Russes, c’est-à-dire de les tuer. Et, en proclamant cet appel au meurtre, il invoque Dieu et demande sa bénédiction pour le crime le plus effroyable qui soit. Semblable proclamation contre la Russie est lancée par l’empereur du Japon. Les savants jurisconsultes MM. Mouraviev et Martens s’appliquent à prouver que dans l’appel des peuples à la paix générale et la provocation à la guerre pour l’accaparement de terres étrangères, il n’y a aucune contradiction. Et les diplomates publient en langue française raffinée et envoient des circulaires dans lesquelles ils prouvent avec soin et en détail, — bien qu’ils sachent que personne ne les croit, — que le gouvernement ne change d’avis qu’après toutes les tentatives de rétablir des rapports pacifiques (en réalité, tentatives de