Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/146

Cette page a été validée par deux contributeurs.


servitude ?… C’est profondément affligeant. Non, non, pas de compromis avec le service militaire. Tout homme, quel qu’il soit, s’il a la notion de son devoir et le respect de sa conscience, doit, avant toute chose et quoi qu’il lui en coûte, refuser de s’y soumettre. Voyons, si l’on vous mettait en main un couteau, si l’on vous ordonnait, sous peine d’être tué vous-même, de couper le cou à ma petite-fille que voilà, vous ne le feriez pas, parce que moralement cela vous serait impossible. Si le devoir chrétien était au fond des consciences, il serait de même impossible à tout homme de prendre un fusil et de s’en servir contre ses semblables. J’ai, entre autres, un grand ami, que je n’ai jamais vu, mais avec qui je suis en correspondance, à qui est apparu ce devoir et qui s’y est sacrifié. Il était maître d’école à X… On l’a enrôlé. Il rougissait de mériter les compliments de ses chefs pour son adresse à tirer à la cible. Il récusait la hiérarchie militaire. Il a fait à ses supérieurs deux ou trois réponses qui n’ont pas été de leur goût. On l’a envoyé en Sibérie. Il y est très mal-