Page:Boucher d’Argis - Ordonnance du mois d’aoust 1539, 1786.djvu/10

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À MONSIEUR
LENOIR,
Conseiller d’État ordinaire, et au Conseil Royal des Finances, Bibliothécaire de Sa Majesté, &c.


MONSIEUR,

En vous demandant la permission de placer votre nom à la tête du Recueil Manuel de nos anciennes Loix, je n’ai point eu pour but de vous louer ; la flatterie ne convient ni à votre caractere ni au mien : eh ! d’ailleurs, que pourrois-je dire qui ne ſoit infiniment au-dessous de l’opinion publique ! Si j’entreprenois d’en être l’organe, j’offenserois votre modestie que j’ai allarmée. Je n’ai pour objet, Monsieur, que de vous offrir un