Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA RENCONTRE




En ce temps-là, Jésus parcourait la Judée
Suivi de Jacques et Jean, les fils de Zébédée.

Or, comme le soleil incendiait leur front,
Ils entrèrent tous trois dans la forêt d’Ebron.

Et Jacques dit : « Seigneur, voyez ce sycomore,
Couchons-nous à son pied !… » Jésus dit : « Pas encore ! »

Plus loin, Jean s’écria : « Maître, entendez-vous pas
Une source qui chante et soupire tout bas ?
Écoutons sa Chanson en buvant son eau fraîche. »
Et Jésus répondit : « La Loi que je vous prêche
« Défend de s’attarder aux sources du Chemin
« Avant d’avoir fini sa tâche, car Demain,
« En vérité je vous le dis, n’est qu’à mon Père :
« Un homme est en péril en ce bois ; il espère
« Que quelqu’un surgira, soudain, pour le sauver ;
« Cet homme est ici-près : l’entendez-vous pleurer ?
« Hâtons-nous, hâtons-nous ! la Source de la Vie
« Plus que celle des Bois est vivement tarie…
« Tristes bergers, mauvais pasteurs, en vérité,
« Ceux que lassent la Soif et le Soleil d’Été ! »

Et Jésus s’éloigna, suivi de ses Disciples.

On entendait, au loin, de longs appels multiples,
Si terribles, si las et si désespérés
Que les oiseaux des bois se taisaient, effarés,