Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MA GRAND’MÈRE




C’est une vaillante Bretonne
De près de soixante et sept ans,
Dont le reverdissant Automne
Nargue les Hivers attristants,
Dans le pays on la vénère ;
Mais, moi, je l’adore avec Foi :
Si vous connaissiez ma grand’mère
Vous l’adoreriez comme moi !

Quand je n’étais qu’un petit être,
Frêle bambin grand comme ça,
Dans mon petit berceau de hêtre
C’est grand’maman qui me berça.
Bien souvent, la soirée entière
Elle chantait pour m’endormir :
Ce sont les Chansons de grand’mère
Qui chantent dans mon souvenir !

Ses bons yeux, couleur de pervenche,
Ont un clair regard si profond
Que, lorsque vers eux l’on se penche,
On croit voir son cœur… tout au fond.
Jamais un éclair de colère
N’en troubla la sérénité :
Ce sont les bons yeux de grand’mère
Qui m’ont appris la Charité !