Page:Bethléem - Romans à lire et romans à proscrire, 7e éd.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bagne et des mauvais lieux, comme si le malheur n’était touchant que dans le crime et l’abjection (Maleswa dans Résurrection, etc.).

Ces doctrines subversives et ces immoralités d’ailleurs peu dangereuses n’empêchent pas La guerre et la Paix ; Anna Karénine et Résurrection, d’être des chefs-d’œuvre d’art et de littérature.

On pourra lire, en outre : Souvenirs d’enfance, Tourmente de neige, Katia, Yvan le Terrible, Mort d’Ivan le Terrible, Le Prince Serabriany, Poulihoucka, Pourquoi l’on tient à la vie, La mort, etc., etc., Pages choisies. On y trouvera des épisodes atroces à la manière slave et peut-être des détails répréhensibles : il n’y en a pas de scabreux.


Mario Uchard (1824-1893), graveur, musicien, romancier et auteur dramatique qui eut une vie très agitée.

Sa pièce la plus célèbre est Fiammina. Parmi ses romans, qui sont presque tous immoraux, nous ne recommandons même pas Mlle Blaisot et Joconde Berthier.


Louis Ulbach (1822-1889), littérateur qui pose en directeur de conscience à la manière de Dumas fils. Ses ouvrages très nombreux sont suspects ou immoraux. On peut lire cependant L’Espion des Écoles ; Le parrain de Cendrillon (chrétien).


Fernand Vandérem (Paris, 1864), chroniqueur et romancier. La Cendre et Les deux Rives constituent ses principaux titres littéraires.


Jane de la Vaudère (1862-1908), de son vrai nom Mme Gaston Crapez, auteur de romans passionnels où sont décrits de préférence les combats, les tortures et les débauches de l’Inde, de l’Indo-Chine, du Siam et de l’ancienne Égypte.