Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/70

Cette page a été validée par deux contributeurs.


événement de famille : cérémonies se rapportant à la vie anté-natale de l’enfant, cérémonies à sa naissance, cérémonies à son mariage, cérémonies à sa mort, cérémonies après sa mort, suivant le progrès de son âme dans le monde invisible — tout cela posé comme l’édifice spirituel au sein duquel l’âme devait se développer.

Le plus noble idéal de vie conjugale qui fut jamais proposé au monde se trouve dans l’Hindouisme, où le mari et la femme sont attirés l’un vers l’autre par une affinité spirituelle plutôt que par un désir charnel et unis dans les liens d’un mariage indissoluble — unis pour se développer spirituellement, en vue de leur commune croissance spirituelle ; l’homme est incapable d’accomplir la plupart des cérémonies religieuses sans sa femme, celle-ci étant la Shishya, l’élève du mari, lequel est Gourou en même temps qu’époux. Regardez la vie qu’on mène au sein de la famille hindoue ; la beauté des relations entre les fils et le père, les fils et la mère, les frères et les sœurs — et ainsi de suite, tout cela posé avec soin et discernement, toujours en vue de cette unique idée : développer en l’homme la qualité naissante de l’amour spirituel. Et