Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sharira[1], jusqu’au moment où elle atteint Brahman et devient un reflet parfait du Divin. L’Hindouisme divise cette vie individuelle en quatre grands degrés, représentés par les quatre ordres de castes. Vous avez la révolution, degré par degré, de l’âme individuelle. Dans l’Hindouisme, modèle politique de la race aryenne, cela faisait partie de l’édifice social de la nation, mais dans quelque condition que l’âme puisse se développer, il faut qu’elle traverse les quatre degrés au point de vue des réalités de la vie intérieure, sinon par rapport à la naissance extérieure.

L’Hindouisme était organisé de façon à représenter le développement intérieur sous forme extérieure, afin que les hommes pussent connaître les vérités spirituelles en voyant leurs symboles[2]. Passons-les successivement en revue, voyons ce que l’âme devait apprendre par chacune d’elles et comment le milieu était adapté à l’évolution progressive. Le stade inférieur était celui de Shûdra, où les obligations étaient minimes, sauf le devoir de l’obéissance et du service. Le stade sui-

  1. Le corps causal, qui persiste à travers tout le cycle humain.
  2. Symboles, en anglais externat pictures.