Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.


maines. On oblige les hommes à se rappeler constamment qu’ils ne connaissent pas Dieu tel qu’il est, mais n’entrevoient de lui qu’un petit rayon, autant qu’ils sont capables d’en saisir. Et à mesure qu’ils se développent, ils s’aperçoivent avec bonheur qu’une part croissante de Divin pénètre leur conception de Celui qu’ils adorent, l’élargissent, l’illuminent, le sublimisent, jusqu’à ce qu’ils se croient admis à une vision partielle de sa gloire. S’élevant jusqu’à Ishvara, ils peuvent l’adorer en tant que Vishnou ou dans l’un quelconque des Avatars de Vishnou. Ils peuvent l’adorer en tant que Shiva, le grand Yogi, le dieu de la sagesse. L’homme a alors atteint la conception de l’Unité qui, dans la manifestation, est au fond de la pluralité.

Nous avons à voir maintenant — car il faut nous hâter — comment tout ceci s’effectuait dans la vie individuelle de l’âme, envisagée extérieurement aux diverses étapes de son évolution à travers les trois mondes ; par vie individuelle, j’entends la vie entière de l’âme depuis le moment où elle a commencé ses expériences en tant qu’âme humaine (c’est-à-dire depuis la formation du Kârana