Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/441

Cette page a été validée par deux contributeurs.


scope. C’est de là que toute organisation, toute croissance, toute multiplication doit procéder. Voilà ce qu’est un noyau. Voilà ce qu’est la Société théosophique, — un noyau, rien de plus. Une petite chose, une très petite chose, mais dans laquelle sont les forces vitales qui se répandront dans toutes les directions, qui organiseront, amèneront la croissance, rendront possible la multiplication. Un noyau : voilà ce qu’est notre Société.

N’est-il pas prouvé, par les quelques années que nous avons derrière nous, que là où la Société s’est portée, un développement s’est produit dans la religion ? Elle est venue dans l’Inde : l’Hindouisme a commencé à y revivre. Elle s’est étendue jusqu’à Ceylan : le Bouddhisme, lentement, y a repris de la vitalité. Elle s’est répandue parmi la Chrétienté : vous voyez le mysticisme rentrer dans le Christianisme et la réincarnation prêchée dans la chaire des Églises chrétiennes. Partout où elle va, elle prouve que sa nature est celle du noyau : presque imperceptible par le nombre de ses membres, elle est une force puissante, car un noyau est un instrument de vie. Un noyau est simplement un organe que la vie s’est créé pour elle-même. Il ne con-