Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/428

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ver ses doctrines les plus élevées. L’archevêque d’aujourd’hui peut-il rivaliser avec l’enseignement du Christ ? Le Moulvi musulman actuel peut-il rivaliser avec l’enseignement du Grand Prophète arabe ? Le Mobed Zoroastrien peut-il trouver des paroles dont la moralité égale celle qui pénètre l’ancienne littérature de religion ? Où est le brahmane moderne capable de parler comme parlèrent Shrî Krishna et Râmachandra, ou de nous donner la noble morale que nous trouvons dans l’ancienne littérature ? J’en appelle à l’histoire contre l’imagination ; j’en appelle aux faits contre les fantaisies occidentales ; et, défiant quiconque a étudié de me contredire, je déclare évidente la preuve que la Sagesse divine est à la base de toutes les religions et qu’il a fallu l’imagination maladive des mythologues pour voir dans l’Ignorance la racine de tout ce qui a fait l’homme héroïque, de tout ce qui l’a anobli dans la vie et consolé dans la mort, de ce qui a conduit le martyr au bûcher, le héros à une mort joyeuse, de ce qui a fait le bonheur et la gloire du Saint et la sagesse du Sage. Que les mythologues se taisent devant une antiquité avec laquelle ils ne peuvent pas rivaliser, devant