Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.


s’identifie ensuite avec l’esprit et vit alors simplement pendant une durée plus longue en Svarga, enchaîné encore par le désir. La libération de l’éternelle renaissance n’a lieu que lorsqu’est mort tout désir pour les biens que les trois mondes peuvent offrir.

De plus, toute cette évolution se produit sous la loi de causalité, chaque cause produisant son effet légitime. Telle est la loi du Karma[1] qui fait recueillir à chaque homme exactement ce qu’il a semé. Il sème son Karma dans le monde de la matière, de la matière physique, il le récolte partiellement dans les deux autres mondes et il s’assimile les résultats de ses réflexions ; après quoi il revient sur terre, tel qu’il s’est façonné lui-même, pour y réaliser le Karma appartenant à cette terre ; c’est ainsi qu’il se développe, d’une vie à l’autre, étant « un être de réflexion ; selon les choses auxquelles il réfléchit dans cette vie, il se trouve façonné par la suite[2] ». De cette façon l’homme s’élève de degré en degré vers une extension toujours plus grande de conscience, en lui les enveloppes se forment l’une après l’autre, chacune d’elles constituant

  1. Karma, acte, œuvre.
  2. Chhândogyopanishad, 999, XIV, 1.