Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/368

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rou Nânak s’efforça de trouver le grain et, en agissant ainsi, il rejeta, en grande partie, l’enveloppe ; il s’efforça d’amener les hommes à voir la réalité de la religion, la vie, l’essence de cette religion, et à trouver cette vie et cette essence dans l’amour de Dieu et du Gourou, dans l’amour des hommes considérés comme les enfants d’un même Dieu. Vous pouvez presque résumer dans cette phrase l’essence même du Sikhisme. Nous verrons tout à l’heure dans la vie du fondateur, comment il essaya de réunir les éléments hostiles autour de lui. Nous verrons que cette vie ne fut qu’un chant de louanges et d’amour à Dieu ; nous verrons que le Gourou Nânak chercha sans cesse l’Être Suprême et, l’ayant trouvé, s’efforça d’apprendre à ses disciples comment, eux aussi, par la dévotion, pourraient arriver à la même science. Je voudrais que vous ayez cette pensée présente à l’esprit dans l’étude du Sikhisme, et je vais vous montrer, dans un instant, comment elle est développée par les doctrines qu’enseignent les Écritures sikhes.

Mais auparavant, et avant de parler de la vie du grand Saint, je dois rapidement tracer devant vous l’ébauche, en quelque sorte, de l’établissement historique du Sikhisme, afin que