Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/332

Cette page a été validée par deux contributeurs.


jours et autres austérités. Mais ce sont les plus libéraux des hommes : « Les chemins qui conduisent à Dieu sont en nombre aussi grand que les souffles des fils des hommes. » Mais je n’ai pas le temps de m’attarder davantage sur ce sujet fascinant.

Tel est le mysticisme de l’Islam et puisse l’Islam le faire rentrer dans son sein ! car ce mysticisme n’existe plus aujourd’hui. Lorsque l’Islam se sera ainsi reconstitué, il sera prêt à se rattacher par un amour fraternel aux autres religions. Car l’union bénie entre les diverses croyances qui se partagent le monde, ne repose pas sur leur aspect exotérique où les formes sont différentes et les cérémonies variées, où chaque religion est d’accord avec les idiosyncrasies de son peuple respectif et parle sa propre langue en s’adressant à Dieu. L’union des religions repose sur la vérité spirituelle, sur les idées philosophiques et par-dessus tout sur le mysticisme, par où l’homme apprend à se connaître comme Dieu et s’efforce de retourner vers celui dont il vient.

Mes frères, la plupart d’entre ceux qui m’écoutent ici sont Hindous ; vous n’appartenez point à l’Islam ; cela importe peu. Vous dites So-ham; twam-assi, les Sufis disent :