Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/326

Cette page a été validée par deux contributeurs.


découvrent une nouvelle musique, enseignent l’agriculture scientifique, portent l’industrie à son plus haut point d’excellence ; mais est-ce tout ? Non. En philosophie, ils sont plus grands encore ; là ils plongent dans l’essence même de l’Être suprême ; ils proclament l’Un absolu et les relations des hommes à l’Être Unique ; ils énoncent l’identité de l’esprit humain avec le divin ; ils traitent de l’espace et du temps et le subtil cerveau métaphysique des Arabes découvre les plus merveilleuses vérités philosophiques, la pure Védânta, mes frères hindous, car toute science y aboutit. Les noms d’Ibû Sina et Ibû Rûshd priment ici tous les autres.

Telle fut, pendant six siècles, l’explosion de science que le Prophète souleva sous ses pas. Oh ! si aujourd’hui mes frères de l’Islam voulaient reprendre ces grandes œuvres de leurs grands hommes et les traduire en langues modernes ; s’ils voulaient en apprendre le contenu (car ils ne le font pas) à leurs fils ; s’ils voulaient les élever (car ils ne le font pas) dans la connaissance de leur propre philosophie : ils porteraient alors bien haut le nom de l’Islam entre toutes les philosophies du monde. Parmi les enfants de l’Islam, tout