Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/315

Cette page a été validée par deux contributeurs.


nant cette doctrine, on fera bien de se rappeler la situation dans laquelle le Prophète avait trouvé son peuple, situation que nous avons décrite au début de cet entretien — et de se souvenir ensuite que ce même peuple pratiqua ce qui lui avait été enseigné.

Considérons maintenant la doctrine en ce qui concerne les femmes. Combien le monde s’est mépris sur les théories du Prophète au sujet des femmes ! On dit qu’il enseignait qu’elles n’ont pas d’âme. Pourquoi calomnier le Prophète de Dieu ? Écoutez ce qu’il a réellement enseigné : « Quiconque fait le mal en sera puni et ne trouvera d’autre patron ni d’autre auxiliaire que Dieu ; mais quiconque accomplit de bonnes actions, qu’il soit homme ou femme, s’il est un vrai croyant, sera admis au Paradis et ne sera, en aucune façon, traité injustement[1]. » « En vérité, les Musulmans des deux sexes et les vrais croyants, de quelque sexe qu’ils soient[2], et les hommes dévots et les femmes dévotes, et les hommes véridiques et les femmes véridiques, et les hommes patients et les femmes patientes et

  1. Le Coran, chap. IV.
  2. Ibid., chap. XXIII.