Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/262

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dans le disciple, doit grandir, se développer en lui jusqu’à ce que l’homme ait enfin atteint « la mesure de la stature parfaite de Christ[1] ». Ces disciples doivent devenir des dieux manifestés par la chair. Telle est la doctrine du Christianisme apostolique, si regrettablement mutilée, sous sa forme actuelle, par les écrivains modernes. Et l’on enseigne que toutes choses doivent finalement être absorbées en Dieu. Pensez-vous que cette doctrine de l’union avec Brahma, de la fusion en Brahma, soit une doctrine que n’ait point eue le Christianisme ? Passons maintenant au quinzième chapitre de la première Épître aux Corinthiens et lisons la description qui y est donnée : « Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père… Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort… Et quand toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils, lui aussi, sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tout[2]. » C’est exactement l’ancienne doctrine qui réapparaît, « Dieu tout en tout », comme dernière étape de l’univers, le Fils,

  1. Éphésiens, IV, 13.
  2. Première Corinthiens, XV, 24, 28.