Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/26

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et celle de la famille. La civilisation tout entière est religieuse et rien, dans la vie humaine, n’est envisagé comme « séculier » ou comme « profane ». Les choses que d’autres peuples considèrent comme étrangères à la religion sont précisément celles sur lesquelles l’hindouisme a toujours exigé la plus stricte orthodoxie. Le libre exercice de l’intelligence a toujours été encouragé, — c’est ce dont témoignent les écoles de spéculation comprises dans le vaste « Hindouisme », mais une conduite régulière, parce qu’elle touche à l’édifice social, a toujours été rigoureusement imposée. La liberté d’opinion, mais l’orthodoxie de la vie pratique : voilà ce qui a été la caractéristique de l’Hindouisme à travers sa longue évolution ; de là le vaste essor et la grande diversité de ses philosophies, à côté de la stabilité de son édifice social et de son organisation familiale. C’est aussi la raison pour laquelle on a regardé l’Hindouisme comme la plus insupportable des religions, car bien des gens sont fort désireux de leur liberté d’action, tandis que bien peu le sont, (excepté en théorie), de leur liberté de pensée. Un Hindou pourra concevoir Dieu comme il voudra, — l’identifier avec l’Univers ou l’en séparer, l’exclure même entièrement