Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/252

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’intolérance et d’exclusivisme qui avait caractérisé la nation hébraïque à travers toute son histoire antérieure. Cet étonnant phénomène attirait alors l’attention d’hommes qui, non seulement étaient versés dans la philosophie des écoles, mais, en outre, étaient imbus de l’esprit éclectique d’une théosophie universelle et de la science des doctrines intimes des religions anciennes. Ces hommes crurent voir, dans Évangile chrétien, une similitude de doctrine avec l’enseignement ésotérique des anciennes religions et un universalisme de même nature que celui de cet enseignement et ils se mirent à l’œuvre, essayant d’enrayer les tendances étroites et exclusives qu’ils voyaient se développer si rapidement parmi les moins instruits, lesquels incitaient la foi au-dessus de la science, à ce point qu’ils condamnaient ouvertement toute autre forme de religion et raillaient toute philosophie et toute éducation[1]. »

Une lutte se déchaîna entre ces hommes et la masse, dirigée d’ailleurs par quelques personnalités fortes et profondes ; elle se termina par le succès de la masse inculte et par

  1. Pistis Sophia, p. 23.