Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/243

Cette page a été validée par deux contributeurs.


que parlant d’eux à ses disciples, Il leur dit : « En vérité, Je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père[1] ». Il léguait comme un signe qui devait distinguer les hommes ayant une foi vraie, une foi vivante en lui, le pouvoir de saisir les serpents et d’avaler impunément les poisons[2]. Ce signe devait appartenir à tous les Initiés résolus à exercer leur puissance, tandis que l’absence de ce signe, du moins dans quelques parties de l’Église, indiquait que les Initiés avaient perdu cette foi vivante dont le pouvoir merveilleux n’était, aux yeux du Maître, que l’expression et le symbole extérieur.

La vie de Jésus, ainsi que je l’ai dit, est une vie admirable. Écoutez son enseignement et vous aurez son véritable esprit, si différent hélas de l’esprit dont font souvent preuve ceux qui portent son nom. Cet enseignement s’accorde exactement avec les préceptes des grands Maîtres spirituels qui précédèrent Jésus ; « Heureux ceux qui ont le cœur pur,

  1. Saint Jean, XIV, 12.
  2. Saint Marc, XVI, 17, 18.