Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/205

Cette page a été validée par deux contributeurs.


c’était l’indice qu’il s’en irait la nuit suivante ; il s’étendit et se reposa un instant, puis se leva pour se rendre au bosquet de Sâla des Mallas où il se coucha entre les deux arbres jumeaux de Sâla, la tête regardant le nord. Les arbres répandirent sur lui leurs fleurs et des fleurs du ciel tombèrent, la musique du ciel résonna pour rendre hommage au prophète mourant, mais lui, s’adressant à Ananda, lui dit que si cet hommage lui était dû, il attachait plus de valeur à l’hommage qui lui était rendu par l’homme ou la femme purs et nobles, obéissant à sa loi. Tous les Devas du monde s’assemblèrent et des foules de gens vinrent lui rendre leurs derniers hommages et le Bouddha institua son dernier Arhat, le mendiant Sabhadda ; cinq cent disciples l’entouraient sur sa fin ; c’est alors qu’il prononça ses dernières paroles : « Voyez, mes frères, maintenant je vous exhorte et vous déclare : La déchéance est inhérente à toute chose composée. Travaillez avec diligence à votre salut. » Puis le silence tomba et au milieu de la plus profonde méditation, il passa et ne revint plus.

De ce roi des rois, on se disposa à brûler le corps qu’on plaça sur un bûcher de bois odo-