Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/202

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« comme la tortue ramène son corps à l’intérieur de sa carapace », le Maître, passant au Nirvâna, ajoute : « Bhixus, l’incréé, l’invisible, celui que nul n’a fait ou produit, l’élémentaire existe (aussi bien que le créé, le visible, celui qui a été fait et produit, le concevable, le composé ; et il y a une connexion ininterrompue entre les deux. Bhixus, si l’incréé, l’invisible, ce qui n’a été ni fait ni produit, l’élémentaire était non-être, je ne pourrais pas dire que le résultat de sa relation de cause à effet avec le créé, le visible, ce qui a été fait et produit, le concevable, le composé est l’émancipation finale… Le manque de permanence de ce qui est créé, visible, fait et produit, composé, le grand tourment d’être sujet à la vieillesse, à la mort, à l’ignorance, conséquences dont la cause est l’obligation de se nourrir, (tout cela) passe et l’on n’y trouve aucun plaisir : voilà le trait essentiel de l’émancipation finale. Alors il n’y aura ni doutes ni scrupules ; toutes les sources de la souffrance seront finies et l’on goûtera le bonheur de la paix du Sanskâra... Voilà la principale (béatitude) de ceux qui ont atteint le but, la paix parfaite qui ne peut être surpassée, la destruction de toute caractéris-