Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/200

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ouverture d’esprit qui est identique au discernement, ou Viveka, discernement entre le permanent et le transitoire ; le second point est celui qui concerne l’action et enseigne l’indifférence aux résultats de l’action ; il est identique à Vairâgya ; puis suivent les six qualités de l’esprit, les six que j’énumérais il y a deux jours en parlant de la même doctrine du Sentier, professée dans l’Hindouisme ; quatrièmement, la soif ardente de libération identique à Mûmûksha ; et enfin le Gotrabhû, qui est la même chose que l’Adhikari : c’est l’étape où l’homme est prêt pour l’initiation. Après l’initiation vient le Sentier lui-même, décrit dans la citation suivante, qui part de l’étape supérieure et décrit ensuite le chemin en le redescendant : « Le Bouddha dit : le Bahal (Arhal) peut voler à travers les airs, changer de forme, fixer la durée de sa vie, ébranler le ciel et la terre. Les étapes successives qui conduisent à une telle condition d’existence sont : l’Anâgâmin, qui, à l’expiration de sa vie (du nombre d’années qui lui est assigné) s’élève sous une forme spirituelle aux dix-neuf ciels, et dans l’un d’eux achève sa destinée en devenant un Rahat. Puis vient la condition de Sakrâdâgâmin, dans laquelle