Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas compte de cela, on est conduit à une critique injuste ; en effet, une religion d’une idéale perfection ne conviendrait pas à des hommes imparfaits dont le développement ne serait que partiel, et les Sages doivent toujours prendre en considération le milieu, lorsqu’ils implantent une nouvelle bouture prise sur le vieil arbre de la Sagesse.

Troisièmement, on s’est efforcé de distinguer, dans chaque religion, l’essentiel du secondaire et l’on s’est surtout attaché au premier. Car toute religion s’altère, à travers les âges, sous l’influence d’additions dues à l’ignorance — et non à la sagesse, — à l’aveuglement — et non à la clairvoyance. Dans le cadre restreint de ces conférences, il n’a pas été possible de démêler ni de faire ressortir en détail les nombreux points secondaires. Mais quiconque désirerait un guide pratique pour se diriger lui-même et distinguer entre les éléments permanents et les cléments transitoires d’une religion, pourrait se servir des critériums suivants. Tel point est-il ancien, se trouve-t-il dans les Écritures de la plus ancienne époque ? Telle affirmation a-t-elle en sa faveur l’autorité du fondateur de la religion, ou de quelqu’un des Sages qui ont donné à