Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/147

Cette page a été validée par deux contributeurs.


aux questions que lui posait son grand disciple Kâshiapa ; et bien que cette doctrine, comme le dit M. Edkins, ne puisse pas être entièrement exposée à l’aide de mots, — car la doctrine ésotérique, étant spirituelle, dépasse toujours le langage intellectuel, — cependant on la peut extraire des Sûtras.

Le second de ces trois Pitakas consiste en Sûtras, ou Sûttas, comme on les appelle généralement, parce que le Bouddha est supposé avoir parlé en Prakrit, dialecte commun dérivé du sanscrit et qu’on nomme aujourd'hui Pâli. Les Sûttas la partie de la doctrine bouddhiste qui s’adressait au peuple ; l’enseignement moral du Maître, avec les discussions, controverses, questions et explications auxquelles il donnait lieu et que faisaient, en outre, surgir les circonstances que rencontrait le Bouddha dans sa vie quotidienne. Dans ces livres sont consignés la vie et l’enseignement du Bouddha ; ils nous montrent cette vie telle qu’elle fut vécue dans l’Inde et cet enseignement tel qu’il est tombe des lèvres sacrées du Maître.

Le troisième Pitaka est l’Abhidhamma, dont on connaît très peu de chose en Occident à l’heure actuelle. On prétend que l’ou-