Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
GUIDE DU SKIEUR

entre les fractions soit toujours assurée à la voix ou à la vue, qu’il soit prévenu de tous les incidents de marche sérieux, par un signal convenu d’avance, coup de sifflet ou de sirène ou son de trompe. Il se tiendra le plus souvent en tête du premier groupe. Le choix de l’itinéraire le meilleur importera encore plus à un tel groupe pour le succès de la mission. On ne saurait trop dire que : le meilleur chef skieur n’est pas celui qui a le plus de vitesse et d’audace, mais celui qui fait dépendre sa vitesse et son itinéraire de la valeur de ses plus faibles skieurs et qui entreprend des actions difficiles qu’en cas de nécessité. Les itinéraires les plus rapides ne conviennent qu’à un petit groupe de skieurs lancé en patrouille ou en exploration, ou à un groupe plus fort composé de très bons skieurs.

L’alternance des éléments d’un groupe d’effectif assez élevé sera observée comme celle des skieurs dans chaque élément, à moins qu’il n’y ait des raisons particulières pour conserver le même élément en tête.

Connaissances spéciales (lune, pronostic du temps, état de la neige). — Un chef skieur tiendra compte de l’âge de la lune pour la fixation des heures de départ : si la lune est pleine ou dans son dernier quartier, il est avantageux de partir de bonne heure, car on a ainsi la certitude de franchir les cols et passages dangereux de bonne heure, et avant que l’action so-