Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/96

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


neige y est accumulée el souvent renouvelée par le vent et très favorable au ski.

Lorsque les croupes sont suffisamment garnies de neige, on y passera plutôt que sur les versants, de même qu’on passera sur les versants exposés au nord plutôt que sur ceux exposés au sud, la neige y étant plus homogène et non soumise aux gels cl dégels successifs.

Dans les bois de haute futaie, la marche en ski est en général, facile, la neige s’y conservant mieux que sur les terrains libres.

Régler la vitesse et les difficultés de la marche sur le plus faible du groupe, et, même avec de bons skieurs, ne jamais exagérer la vitesse, surtout loin du gîte.

8° Quitter les skis sans hésiter, lorsque la neige est insuffisamment épaisse, raboteuse ou verglacée, ou qu’il y a une bande de terrain parsemée de rochers à traverser, une avalanche à éviter.

Relayer les skieurs de tête.

10° Constituer un groupe aussi homogène que possible, car rien n’est ennuyeux, dans une excursion, comme d’être obligé d’attendre ou secourir des maladroits ou des skieurs insuffisamment entraînés.

11° Faire des haltes de 3 à 5 minutes toutes les 25 ou 30 minutes à la montée, et de 5 à 10 minutes toutes les heures, à la descente ou en terrain plat.

Dans les longues courses, on fera, après plusieurs