Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
55
THÉORIE DU SKI ET MÉTHODE D’INSTRUCTION.

dans la neige, sa surface de glissement tournée en dehors ; effectuer ensuite avec le ski droit un mouvement analogue vers la droite.

Dans cette marche, les skis divergent vers l’avant en se calant alternativement contre la neige, le talon du ski postérieur passant, à chaque pas, par dessus le talon du ski antérieur.

Plus l’angle de divergence est ouvert et mieux les skis sont calés et empêchent le recul.

Cette marche est fatigante et n’est possible que sur de courts trajets ou avec des repos fréquents.

Sur des pentes très fortes, c’est-à-dire supérieures à 30 p. 100. La montée est d’abord effectuée en lacets, puis en gradins directs ou obliques, quand la pente augmente au point de trop multiplier les lacets ou quand il s’agit de gravir un talus ou un ressaut de peu d’étendue.

a. Montée en gradins directs. — Les skis étant au préalable bien à plat,
Fig. 26. — Montée en gradins directs.

et perpendiculairement à la pente, porter le poids du corps sur le ski intérieur, élever le ski supérieur et le placer parallèlement à l’autre et aussi haut que possible, sur la neige entaillée en forme de gradin horizontal, amener ensuite le ski inférieur à la place abandonnée par le ski supérieur (fig. 27).