Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
54
GUIDE DU SKIEUR.

effet de faire chasser en arrière le ski postérieur.

Si la neige est très glissante, élever en outre légèrement la pointe du ski et même complètement le ski en mouvement, et l’encastrer fortement dans la neige, à la fin du pas, par une brusque saccade.

Lorsque la neige est très collante et que les skis sont rugueux ou peu cirés, il est possible de gravir directement des pentes même supérieures à 10 p. 100.

Sur les pentes moyennes (environ de 10 à 30 p. 100 ou sur toutes les pentes qui ne peuvent plus être gravies par la montée directe).

a. Montée en lacets. La montée en lacets s’effectue d’après les principes précédents en opérant le demi-tour à chaque lacet.

b. Montée en arête de poisson. Dans certains cas, tels que fonds de ravin
Fig. 26. — Montée en
arête de poisson.

ou couloir où la montée en lacets ou en gradins n’est pas possible, et sur un cours trajet, il vaut mieux s’élever sur la pente directement par une marche dite en arête de poisson (fig. 26).

Pour cela ouvrir le genou gauche en soulevant le ski, de manière que celui-ci soit dirigé vers l’extérieur et à 45° environ par rapport à la pente, faire avancer en même temps ce ski dans sa nouvelle direction, et l’encastrer vivement à la distance voulue