Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
31
LE SKI ET SES ACCESSOIRES

et sont encore employées à cause de leur légèreté, mais leur usure est assez rapide.

La raquette est fixée au bâton par une ligature, qui embrasse le cercle intérieur, et est faite soit avec les bouts libres de la lanière ou de la cordelette

Fig. 19. — Bâton modèle Rivas. Ce bâton est une modification d’un modèle que nous avons conseillé en 1904, dans un rapport officiel et qui était basé sur l’emploi d’un anneau extérieur de raquette en gros fil de fer. Le capitaine Rivas a perfectionné notre idée en repliant le fil de fer de manière à former des anneaux intérieurs. Il a en outre adopté un bout ferré rectangulaire ou en lame au lieu de la pointe. Cette forme de bout ferré réalise, entre autres avantages, d’après son auteur, celui d’être moins dangereuse que la pointe, lorsque le skieur tombe maladroitement et vient à s’enferrer. Nous ne croyons pas à ce dernier avantage. Nous sommes convaincu que le skieur des chasseurs alpins de Barcelonnette, qui s’enferra sur son bâton, qu’il tenait fort mal, ainsi que le constate le rapport du Dr Legrand, se fût tout aussi bien tué en tombant sur un bout ferré rectangulaire, que sur une pique. Il aurait eu la gorge sectionnée ou largement ouverte, au lieu de l’avoir transpercée.


soigneusement noués dans une petite gorge circulaire, ou cloués ou vissés, soit avec une lanière spéciale. La ligature doit laisser un certain jeu au cercle intérieur, sinon la raquette n’aurait pas la mobilité voulue.

Les disques en bois ou en fer qui font corps avec le bâton constituent des raquettes défectueuses, à cause de leur lourdeur et de leur défaut de mobilité.