Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/40

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
LE SKI ET SES ACCESSOIRES.

(fig. 17). Ces crampons sont fixés à l’aide d’une vis à tête plate avec ailettes. Ils sont à 45 centimètres l’un de l’autre en avant et en arrière du pied. « La forme en lame de couteau des mâchoires, dit Paulcke, permet «le faire avancer les skis sans les lever. » Ces crampons, tout en étant très utiles, ne sont pas indispensables. Car, si la neige n’est pas très dure, la croûte peut être enfoncée d’un coup sec du ski, et si elle est très dure, le skieur a la ressource de marcher sans skis.

Le bâton.

Un bon bâton est l’auxiliaire obligé du skieur pour une marche, surtout sur une piste variée. Les Lapons emploient 2 bâtons avec lesquels ils se poussent alternativement et parcourent en terrain plat de 8 à 10 kilomètres à l’heure. En montagne, il est préférable de n’avoir qu’un bâton, ou deux bâtons, construits de manière à se raccorder rapidement et à n’en former qu’un en cas de besoin, c’est-à-dire aux descentes rapides[1]. On se contente généralement d’un bâton simple en bambou, frêne ou châtaignier. Le bambou a l’avantage d’être léger, mais, sous le climat alpin très sec, il éclate presque toujours et se fend sur toute sa longueur ; il doit être consolidé, dès sa

  1. H. Durban-Hansen préconise vivement l’emploi de 2 bâtons, à condition qu’ils puissent se transformer rapidement en bâton simple, en cas de besoin.