Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
GUIDE DU SKIEUR.

logues ont le grave inconvénient de faciliter l’accumulation de la neige sur le ski, ce qui finit par limiter beaucoup les mouvements du pied[1]. Le système Lilienfeld est, en outre, très lourd et fait pivoter le pied sur sa pointe alors que, normalement, le pivot devrait être à l’articulation de la base des doigts de pied[2].

Les systèmes à levier et fermeture instantanée et automatique, ainsi que ceux à verrou et à clef de sûreté décrits à l’Appendice, sont à des degrés divers les plus avantageux et ont conquis ou conquerront peu à peu la faveur du public. Les fabricants de skis ont compris que si, à la rigueur, des skieurs dressés, dès l’enfance, comme le sont tous les Norvégiens et Lapons, pouvaient obtenir un excellent rendement de skis munis de systèmes d’attache même rudimentaires, il n’en était plus de même des touristes et soldats qui s’exercent au ski à un âge déjà avancé, où les articulations ne jouissent plus d’une grande souplesse, et où il est nécessaire d’éviter les difficultés pour espérer de bons résultats dans le minimum de temps. Or il n’est pas niable que, grâce à un système d’attache à levier, les skieurs pourront chausser et déchausser rapidement leurs skis, opération souvent nécessaire dans la région alpine, où il faut quitter les

  1. Cependant le système Ellefsen à semelle d’aluminium a donné, dit-on, d’excellents résultats.
  2. À notre avis, ce système est à rejeter absolument.