Page:Bernanos - Sous le soleil de Satan, tome 2, 1926.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
58
SOUS LE SOLEIL DE SATAN

ordinaire, l’ouvrit tout grand. Déjà elle était de nouveau chez elle, face à la glace, dressée sur la pointe de ses petits pieds, le menton jeté en arrière, sa gorge tendue, offerte… Quelle que fût son envie, elle n’y jeta pas la lame, elle l’y appliqua férocement, consciemment et l’entendit grincer dans sa chair. Son dernier souvenir fut le jet de sang tiède sur sa main et jusqu’au pli de son bras.