Ouvrir le menu principal

Page:Bernanos - Sous le soleil de Satan, tome 2, 1926.djvu/244

Cette page a été validée par deux contributeurs.
252
SOUS LE SOLEIL DE SATAN

que les bonnes gens voient peints, et dont les philosophes eux-mêmes envieraient l’éloquence et la bonne santé. Notre part n’est point ce que le monde imagine. Auprès de celle-ci, la contrainte même du génie est un jeu frivole. Toute belle vie. Seigneur, témoigne pour vous ; mais le témoignage du saint est comme arraché par le fer.


Telle fut sans doute, ici-bas, la plainte suprême du curé de Lumbres, élevée vers le Juge, et son reproche amoureux. Mais, à l’homme illustre qui l’est venu chercher si loin, il a autre chose à dire. Et, si la bouche noire, dans l’ombre, qui ressemble à une plaie ouverte par l’explosion d’un dernier cri, ne profère plus aucun son, le corps tout entier mime un affreux défi :

Tu voulais ma paix, s’écrie le saint, viens la prendre !…


FIN




IMPRIMERIE FRANÇAISE DE l’ÉDITION, 12, RUE DE l’ABBÉ-DE-l’ÉPEE. — PARIS