Ouvrir le menu principal

Page:Bernanos - Sous le soleil de Satan, tome 2, 1926.djvu/147

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
LE SAINT DE LUMBRES

déjà froids, et qui ne sont même plus des morts, mais des sépulcres vides. Notre-Seigneur l’a dit : quelle parole, Sabiroux ! L’Ennemi des hommes vole tout, même la mort, et puis il s’envole en riant.

(La même flamme repasse dans ses yeux fixes, comme un reflet sur un mur.)

— Son rire ! voici l’arme du prince du monde. Il se dérobe comme il ment, il prend tous les visages, même le nôtre. Il n’attend jamais, il ne fait ferme nulle part. Il est dans le regard qui le brave, il est dans la bouche qui le nie. Il est dans l’angoisse mystique, il est dans l’assurance et la sérénité du sot…. Prince du monde ! Prince du monde !

Pourquoi cette colère ? Contre qui ?… se demande le curé de Luzarnes, bonnement.

— Ah ! s’écrie-t-il, des hommes tels que vous…

Mais le saint de Lumbres ne le laisse pas finir ; il marche dessus, à l’accoler.

— Des hommes tels que moi ! Le saint Livre vous le dit, Sabiroux ; ils s’évanouissent dans leur sagesse.

Puis il lui demande soudain, de sa voix coupante :