Page:Bernanos - Sous le soleil de Satan, tome 1, 1926.djvu/222

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
230
SOUS LE SOLEIL DE SATAN

réserve, tu ne serais pas si généreux, car nous seuls — nous, dis-je ! — nous seuls ne sommes point ses dupes et, de son amour ou sa haine, nous avons choisi — par une sagacité magistrale, inconcevable à vos cervelles de boue — sa haine… Mais pourquoi t’éclairer là-dessus, chien couchant, bête soumise, esclave qui crée chaque jour son maître !

Se baissant avec une agilité singulière, il prit au hasard un caillou du chemin, le leva vers le ciel entre ses doigts, prononça les paroles de la consécration, qu’il termina par un joyeux hennissement… D’ailleurs, tout se fit avec la rapidité de l’éclair. L’écho du rire parut retentir jusqu’à l’extrême horizon. La pierre rougit, blanchit, éclata soudain d’une lueur furieuse. Et, toujours riant, il la rejeta dans la boue, où elle s’éteignit avec un sifflement terrible.

— Cela n’est qu’un jeu, fit-il, un jeu d’enfant. Cela ne vaut même pas la peine d’être vu. Néanmoins, voici l’heure où nous devons nous quitter pour toujours.

— Va-t’en ! dit le saint de Lumbres. Qui te retient ?…

Sa voix était basse et tranquille, avec on ne sait quel frémissement de pitié.

— On nous accueille avec effroi, répondit