Page:Berlioz - Traité d’instrumentation et d’orchestration.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Beethoven a également tiré parti de ces notes à peine articulées, mais à l’inverse de l’exemple précédent, en accentuant la première note du groupe plus que la dernière. Tel est ce passage de l’orage de la symphonie Pastorale, qui donne si bien l’idée des efforts d’un vent violent chargé de pluie, et des sourds grondements d’une rafale. Remarquons que Beethoven dans cet exemple et dans beaucoup d’autres passages, a donné aux contrebasses des notes graves qu’elles ne peuvent exécuter ; ce qui ferait supposer que l’orchestre pour lequel il écrivit possédait des contrebasses descendant jusqu’à l’Ut octave basse de l’Ut des violoncelles, et qu’on ne trouve plus aujourd’hui.

Page 1Page 2Page 3Page 4Page 5Page 6Page 7Page 8Page 9