Page:Berlioz - Les Grotesques de la musique, 1859.djvu/245

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





\score {
\relative c' {
\new Staff {
\clef G
\key f \major
\time 4/4
\override Score.BarNumber #'break-visibility = #'#(#f #f #f)
\autoBeamOff
\partial 8 f8 | c' c c c c a16[( bes]) c8 d | \break
c bes16[ a] \stemUp bes8 a16[ g] a8.[ g16] f8 s8 \bar "|."

} %staff
\addlyrics {
Ah quel plai- sir de boi- re frais de se far- cir la pan- \override LyricText #'self-alignment-X = #-1 se,_______etc.
} %lyrics
} %relative
\layout{
  indent = 1\cm
  line-width = #120
  \set fontSize = #-1
} %layout
\midi { \tempo 4 = 80 }
} %score
\header { tagline = ##f}



!xxxx!xxxx!xxxx!xxxx!xxxx!xxxx!xxxx!xxxx!xxxx!xxxx!






Mme Stoltz, Mme Sontag. — Les Millions.


En 1854, après une clôture assez longue, le théâtre de l’Opéra, fit sa réouverture par la reprise de la Favorite. J’écrivis à ce sujet les observations suivantes, qui ne me semblent pas hors de propos aujourd’hui.

« L’Opéra a fait sa réouverture. Nous avons revu Mme Stoltz plus dramatique que jamais dans son beau rôle de Léonor. Cette brillante soirée a été suivie de deux autres exécutions non moins remarquables du même ouvrage, après quoi l’Opéra, pour se reposer,