Ouvrir le menu principal

Page:Benson - La nouvelle aurore, 1915.djvu/71

Cette page n’a pas encore été corrigée


déric, que ce soit par ignorance ou par entêtement, s’attache à un matérialisme antichrétien ; et la conséquence en est que…

— L’empereur d’Allemagne ?

— Oui, mais je dois ajouter que l’on commence à entrevoir la possibilité de sa conversion. La semaine prochaine, précisément, il doit se rendre à Versailles : cela est un bon signe.

— Et l’Amérique ?

— Oh ! l’Amérique d’aujourd’hui ressemble tout à fait à l’Angleterre.

— Vous voulez dire qu’elle n’est plus républicaine ?

— Mais naturellement ! murmura le P. Jervis. Il y a eu toute sorte de troubles là-bas, vers 1925, des guerres civiles et le reste. Mais, en tout cas, les choses ont fini pour le mieux. Aujourd’hui, naturellement, une bonne moitié de l’Amérique peut être considérée comme catholique ; mais il s’y rencontre encore un bon nombre d’athées et de socialistes.

— Et l’Australie ?

— L’Australie est devenue entièrement irlandaise et catholique.

— Et l’Irlande elle-même ?

— Oh ! l’Irlande s’est énormément développée, du jour où elle a reconquis son indépendance. Mais l’émigration a continué, et c’est au dehors que réside, en vérité, la force irlandaise.

Monsignor se prit la tête dans les mains.