Ouvrir le menu principal

Page:Benson - La nouvelle aurore, 1915.djvu/11

Cette page n’a pas encore été corrigée


finale : mais il n’en reste pas moins que nous assistons, de nos jours, au conflit passionné de deux forces ennemies et inconciliables, dont l’une, — la force matérialiste et anti-chrétienne, celle-là même que j’ai montrée décidément victorieuse dans le Maître de la Terre, — semblait tout récemment encore avoir le dessus, tandis que la voici dorénavant retombée tout au moins au niveau de l’autre ! Les conséquences très différentes que ne manquerait pas d’entraîner le succès futur de l’une ou de l’autre de ces deux forces rivales : ce sont elles que j’ai tenté tour à tour d’imaginer et de mettre en relief, dans deux romans entre lesquels se partageront sans doute les sympathies des lecteurs, mais qui n’en étudient pas moins, pour ainsi dire, les deux faces « parallèles » d’un unique problème.

R.-H. B.
Rome, Carême de 1911.