Page:Benserade - Le Ballet des arts.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
23

À voir comme on la ſuit en adorant ſes traces,
Comme elle enchaine ceux qui d’elle ſont connus,
Comme elle a dans ſes yeux les Amours & les graces,
Diriez-vous pas que c’eſt la charmante Venus ?

C’eſt Pallas elle-meſme, ou quelqu’autre Heroine,
Qui cache ſa fierté ſous beaucoup de douceur,
Et ſans en affecter la redoutable mine,
Elle en a les Vertus, l’eſprit, le noble cœur.

Si Pâris revenoit, nous verrions ce jeune homme
Bien moins embaraſſé qu’il ne fut autrefois ;
Il n’auroit qu’à donner à celle-cy la Pomme,
S’il vouloit eſtre quitte envers toutes les Trois.


Pour Mademoiſelle de Mortemart, Amazone.


Qui d’appas, d’attraits & de charmes,
Pour le dire en un mot, que d’armes !
Vous avez quelque affaire, & je le prevoy bien,
Eſt-on comme cela pour rien ?
Eſt-ce pour attaquer ? eſt-ce pour vous deffendre ?
Car je vous donne avis qu’on tâche à vous ſurprendre,
Soyez en defiance aux lieux où vous allez,
Tel pourroit s’enhardir, encor qu’il vous redoute,
Je ſçay qu’on vous en veut, & voſtre cœur s’en doute,
Dites-nous à l’oreille à qui vous en voulez ?