Page:Benserade - Le Ballet des arts.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13

Et qui parmy tout l’or dont on les voit brillans,
D’ordinaire chez eux n’ont pas de grandes ſommes.


Pour le Comte de Sery, qui devoit repreſenter un Courtiſan.


Il n’eſt pas trop neceſſaire
Qu’un Courtiſan ſoit ſincere,
Et cependant je le ſuis ;
Demeurant tant que je puis
Dans la bonne & droite route ;

Vous n’en ſerez jamais en doute,
Pourveu que vous en conſultiez
Mes Amours & mes Amitiez.


Pour le Marquis de Genlis. Courtiſan.


On pardonne à ma Taille, on pardonnne à ma mine ;
Mais ce n’eſt pas nouveauté
Qu’à la Cour on m’examine
Sur le fait de la Beauté.