Page:Bellocq - Effets physiologiques de la naphtaline.djvu/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les cavités ventriculaires ne contiennent rien que de très-naturel ; les plexus choroïdes n’offrent pas de modifications sensibles.

L’action évacuante de la naphtaline, que nous avons reproduite à volonté, en administrant de un à quatre grammes de cette substance aux chiens, nous a montré une action purgative de ce carbure d’hydrogène donné à doses convenables. À l’exemple de plusieurs pharmacologistes qui ont cherché à déterminer l’action des purgatifs en les injectant directement dans une partie circonscrite de l’intestin, et en pesant ensuite les liquides ainsi sécrétés sous l’influence de ces substances, nous avons entrepris l’expérience suivante avec la naphtaline.


X. — 15 avril 1876. Chien d’arrêt, très-vieux. Pour déterminer l’action de la naphtaline d’une façon absolue, nous avons rendu l’expérience comparative. Nous avons fait au flanc gauche une incision de cinq centimètres environ ; par l’ouverture ainsi pratiquée, nous avons attiré une partie de l’intestin grêle. Nous avons appliqué sur lui deux lames de bois de manière à le comprimer ; les deux petits casseaux ont été maintenus sur l’intestin en les fixant ensemble par leurs deux extrémités au moyen de crin de cheval avec lequel nous avons fait le nœud de la saignée. Le compresseur appliqué, nous avons soulevé l’anse intestinale de manière à faire descendre progressivement les matières alimentaires, et nous l’avons pressée doucement entre les doigts à partir du point intercepté jusqu’à ce qu’elle ait été débarrassée de son contenu sur une longueur de soixante centimètres environ. Sans déplacer les doigts, nous avons appliqué là un second compresseur semblable au premier, sans le serrer encore. Nous