Page:Bellocq - Effets physiologiques de la naphtaline.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.


EFFETS PHYSIOLOGIQUES




EXPÉRIENCES SUR LE CHIEN

I. — 2 septembre 1875. Chien loup, ! an. On lui fait prendre 0 gr. 50 de naphtaline contenus dans sept pilules composées ainsi qu’il suit : naphtaline 0 gr. 50 ; mélasse, 3 grammes ; poudre de réglisse 2 grammes. On administre le tout en une seule dose. L’animal ne paraît nullement inquiété ; il conserve son appétit ; aucun symptôme ne montre une modification dans l’économie du sujet.

Le lendemain on n’observe pas davantage un changement quelconque.


II. — 30 septembre 1875. Chien de rue pesant 5 kilog. âgé de huit mois. On lui administre un gramme de naphtaline bien pulvérisée et mélangée avec 40 grammes de viande coupée en petits morceaux. L’animal prend cette préparation sans aucune difficulté, il l’a mangée même avec avidité. C’est vers cinq heures de l’après-midi qu’on a donné ce mélange, le chien n’en a paru nullement incommodé, il est resté gai, et s’est amusé dans la soirée avec un autre jeune chien.

Le lendemain matin, on remarque que le sujet a émis une quantité notable d’excréments ; ceux-ci sont mous et contiennent des substances glaireuses ; de plus ils sont un peu foncés. Néanmoins, le chien paraît avoir conservé