Ouvrir le menu principal

Page:Bellerive - Brèves apologies de nos auteurs féminins, 1920.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mlle CLARA LANCTÔT



Nos littérateurs ont en diverses circonstances écrit des articles intéressants sur nos poètes illettrés.

Le poète Pamphile LeMay nous a entretenu, en 1883, dans les « Nouvelles Soirées Canadiennes » des poètes illettrés de Lotbinière, son village natal.

M. Édouard Massicotte nous a fait connaître en 1889, dans le Monde Illustré, les poètes illettrés de la région de Montréal.

Puis M. Adjutor Rivard, dans son livre, couronné récemment par l’Académie française, Chez nous, nous a donné tout un chapitre sur « Pierre Paul », un poète illettré qu’il a connu.

Dans cette galerie apparaît aussi la sympathique figure de Mlle Clara Lanctôt, qui, devenue aveugle à huit ans, et n’ayant eu pour toute instruction que celle donnée à Nazareth, l’Institut des aveugles à Montréal, a cependant publié en 1912, à l’âge de vingt ans, un petit recueil d’une trentaine de poésies, sous le titre : « Visions d’aveugle ».

Comme il est facile à imaginer, la poésie de Mlle Lanctôt ne ressemble pas à celle des poètes illettrés dont nos littérateurs nous ont entretenus. Elle