Ouvrir le menu principal

Page:Bellerive - Brèves apologies de nos auteurs féminins, 1920.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
40
Auteurs féminins

les noms figurent dans cette anthologie qui n’en ont pas reçu de meilleures. Voici, en effet, ce que disait M. Benjamin Sulte, notre éminent homme de lettres et poète, qui a fait la préface du livre de poésies de Mme Duval-Thibault :

« Ceci est un livre de bonne foi, dirait Montaigne, et d’une expression bien naturelle, dira le lecteur. C’est la jeunesse qui vit dans ces pages ; c’est, l’élan du cœur qui s’y manifeste. Il est de l’essence de la jeunesse de chanter et d’admirer la nature. L’auteur de ce petit livre en est un exemple charmant. Il y a du Pierre Dupont dans sa plume agreste et descriptive.

« Le ton naturel des vers que l’on nous présente dans ce recueil indique un véritable fond poétique et un talent d’exposition qui ne peut guère s’acquérir tout entier par la seule pratique.

« La forme est presque toujours celle des vers chantants, des vers qui semblent chanter sans musique. J’aime ceux-là par dessus tout, parce qu’ils sont difficiles à composer, et qu’ils parlent la langue des hommes d’esprit.

« La variété des coupes du vers, des stances, des couplets, des strophes y est remarquable, signe d’un talent fécond et qui a des ressources. Chaque cri du cœur a son intonation particulière ; c’est tout un monde pour le poète qui sait le comprendre. Comme un instrument touché par l’artiste invisible, Madame Duval-Thibault fait résonner le vers et charme notre entendement. »