Ouvrir le menu principal

Page:Bellerive - Brèves apologies de nos auteurs féminins, 1920.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
116
Auteurs féminins

« Entre deux rives », nous dit encore la Revue Moderne, contient des lettres fort intéressantes qui sont presque des annales de la grande guerre. Une canadienne-française, voulant faire sa part de bien pendant ces années de terreur et de souffrances, adopta un filleul que le hasard se chargea de lui donner intelligent, instruit et brave. C’était un soldat de la Belgique. Tous deux s’écrivirent ; c’est cette correspondance échangée entre deux rives que Renée des Ormes, la marraine canadienne, nous présente aujourd’hui. Nous applaudissons à cette heureuse idée qui nous vaut un volume charmant et sincère, écrit en des heures terribles, et qui reflète la vaillance et le dévouement. Rénée des Ormes est une délicieuse épistolière, et Raymond est le plus intéressant des correspondants. Nous félicitons la marraine de nous avoir offert ces pages vaillantes, émues et fines. »

Il a même été accueilli avec faveur par Son Éminence le Cardinal Mercier, et par Sa Majesté le Roi des Belges.

Voici, en effet, les deux lettres que Renée des Ormes recevait de ces deux grands personnages :

Archevêché de Malines, 19 juin 1920.

Madame,

Votre joli livre Entre deux rives vient de me parvenir et je vous remercie d’avoir songé à m’envoyer ce souvenir de Québec.

Vous avez eu une heureuse inspiration de faire ressortir les caractéristiques de nos deux Nations si catholiques, et