Ouvrir le menu principal

Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
66

« Au mois d’août de cette année (porte une ancienne inscription), une ouverture s’étant faite au milieu de la cour des Mathurins, environ le milieu du ruisseau, plus près néanmoins de la cuisine que de la salle du jardin, l’on creusa et l’on aperçut une grande ouverture à peu près semblable aux trois arcades qui forment le présent escalier, dans laquelle un domestique de céans étant descendu par une entrée qui commençoit du côté de la salle, observa que c’était un grand trou qui prenait son origine sous le palais des Thermes, rue des Mathurins ; laquelle ouverture fut bouchée, etc. »

L’obscurité de cette rédaction n’empêche pas de reconnaître le fait principal. Il existait donc sous le monastère des Mathurins des constructions souterraines qui communiquaient à celles du palais des Thermes.[1]



Note E (Page 23).


Ce canal avait 14 toises de largeur et séparait

  1. Dulaure, Histoire de Paris, T. 1er, pag. 118.