Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sérablement, ainsi qu’un enfant encore jeune qu’elle avait emmené avec elle.

Une dame Prévôt, marchande de modes à Moscou, également Française, et mère de cinq enfans, poussée, comme madame Aubert, par un enthousiasme irréfléchi, voulut suivre aussi l’armée française, et n’eut pas un sort plus heureux. Elle mourut de misère et de froid, ainsi que ses cinq enfans.

J’ai dit que Murat, après être entré le premier dans Moscou, s’était avancé sur la route de Rezan et y avait pris position. Il avait sous ses ordres toute la grosse cavalerie, plusieurs régimens d’infanterie du premier corps, et quelques régimens de cavalerie légère. Ces divers corps approchaient d’une entière destruction. Hommes et chevaux étaient réduits aux privations les plus dures. Entouré de ravins et de bois, Murat était continuellement harcelé par les cosaques, et obligé, quand sa cavalerie allait aux fourrages, de la faire protéger par de l’infanterie et du canon.